Communiqué de Press | 3 décembre 2018

Avec Jeffrey, le monde du service vit aussi son « uberisation »

Alors qu’Uber et Airbnb ont chamboulé le transport et le tourisme, une Start Up Suisse risque bien de transformer le service à la personne. Jeffrey, entreprise fondée à Genève, lance le majordome moderne, offrant la possibilité au grand public de proposer ses services pour les personnes en manquent de temps. Une démarche révolutionnaire, mais pensée dans le respect de la loi des pays dans lesquels la Start Up s'installe. Avec leur idée novatrice, Matias Barbosa et Victor Duvanel ont pris conscience de lancer une mini-révolution, qui pourrait bien devenir grande. Après plusieurs années à développer cette application, ainsi qu’en recherche constante de satisfaction de sa future clientèle, Jeffrey est enfin prêt à prendre du service à Paris & Montréal.

Une mise en place dans les règles de l’art

Alors que les Start Up qui renversent l’économie traditionnelle le font généralement sans se soucier de la légalité, l'équipe a pris toutes les précautions, afin de respecter le cadre légal. De nombreux documents sont demandés aux nouveaux Jeffreys, qui proposent leurs services comme par exemple leur attestation d'auto-entrepreneur (en France). Une nécessité pour Matias : « Nous avons vu les changements provoqués par l’arrivée d’Uber. Le parallèle est tentant, mais, nous voulons vraiment faire les choses biens pour montrer notre sérieux. Nous donnons à nos Jeffreys tous les conseils et adresses pratiques pour déclarer leurs revenus, tout en vérifiant qu’ils soient sérieux et fiables car nous sommes en contact avec chacun d'entre eux en tout cas une fois.»

Un fonctionnement intuitif, instantané et adapté aux différentes villes

Jeffrey a plusieurs cordes à son arc, du fait de ses catégories bien fournies, sa facilité d’utilisation, son instantanéité et son intuitivité. Les services proposés sont différents pour chaque ville car toutes n’ont pas la même offre ni la même demande et c’est là où Jeffrey a la capacité de s’adapter à chaque pays. Comme confirme Victor : « Notre volonté est d’avancer petit-à-petit. De voir comment réagissent les personnes qui télécharge l’application dans différentes villes et pays mais notre application et ses technologies sont prévues pour une expansion rapide. » On compte actuellement plus de 500 Jeffrey, avant même le lancement officiel de la plateforme sur Paris, de quoi nous rassurer.

La plateforme n'impose pas de tarif à ses utilisateurs, contrairement a Uber

Les "Jeffrey" seront rémunérés à la semaine, à un tarif horaire de leur choix. Un fonctionnement pensé pour les personnes désireuses de devenir auto-entrepreneurs, ou qui voudraient arrondir leurs fins de mois en devenant des Jeffreys. Les prestations offertes sont comptabilisées à la minute, et facturée directement à travers l'application. Alors que la plateforme arrive officiellement à Paris, les fondateurs pensent déjà à exporter leur idée. De grandes villes sont dans le viseur, et certains investisseurs suivent le projet de près. De la musique d’avenir, selon Matias et Victor qui préfèrent, comme leurs premiers clients, se donner du temps pour bien faire les choses.

Les applications sont disponibles sur AppleStore et GooglePlayStore
Les fondateurs de Jeffrey se tiennent à disposition pour des
interviews
Des photos et images & vidéos HD à dispositions des médias


Contact médias | press{at}jeffrey.app
Inscrivez-vous à notre newsletter !
Message bien reçu !
Oups! Nous avons un petit problème... Merci d'essayer à nouveau :-)
copyright Jeffrey Holding SA ©2018